Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Café géopolitique : témoigner des révolutions arabes.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> HKA -> Fiches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Agnès


Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2010
Messages: 2

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 21:46 (2011)    Sujet du message: Café géopolitique : témoigner des révolutions arabes. Répondre en citant

Bon, c'est pas vraiiiment une fiche, mais je savais pas où le mettre. ^^
J'ai retranscrit mes notes du café géo, donc, c'est un peu décousu (j'ai pas retouché). J'invite très vivement ceux qui étaient là à compléter, s'ils le souhaitent! Smile


TEMOIGNER DES REVOLUTIONS ARABES
(avec Olivier Piot, journaliste indépendant, et Guillaume Binet, photographe journaliste indépendant)
 

OLIVIER PIOT : Tunisie
- Cintrée dans un système policier fort. Emeutes, premier discours de Ben Ali le 28 décembre au lieu du 1er janvier : signe avant coureur.
- 17/12 :suicide par immolation d’un jeune vendeur, Mohamed Bouazizi (qui s’était fait confisquer sa charrette). Début des émeutes. Répression policière forte –> foyer de la révolution. Puis s’agrandit vers les régions où les jeunes n’ont pas de travail (centre, sud ouest Tunisie) -> zone négligée par les médias, loin des zones touristiques donc méconnues.
- A l’arrivée du journaliste, aucune information sur les journaux, radios, tv… voit les événements sur Al Jazeera le soir (sur le cable), y a accès par le biais d’un Tunisien. Jusqu’au 11/01, il est le seul journaliste en Tunisie.
- Le cœur de la révolution est les quartiers populaires de jeunes, mais aussi leurs parents, grands-parents,…
-> Pourquoi cette immolation dans cette région devient une révolte qui s’élargit ?
(au départ, les tunisiens pensaient que les révoltes ne s’élargiraient pas aux grandes villes)
- Olivier Piot va au siège du syndicat UGTT (unique syndicat).
- Dans les cafés, même le nom de Ben Ali ne peut être prononcé -> tabou du nom.
-  Kesra : région rebelle en Tunisie. Bassin minier, où est ce syndicat hostile au gouvernement.
Piot y va. Discussion avec des personnes politisées.
Rencontre un prof qui a été emprisonné durant 56 mois, a été dans la ligue des droits de l’homme,… Cet homme le protège, aide à comprendre la dynamique du mouvement : ils vont à Sfax suite à un appel de grève générale le 11. Puis l’homme lui dit qu’il est possible que cela remonte dans les quartiers populaires de Tunis, ils montent donc à Tunis.
 Le mouvement s’est étendu à l’ensemble des composantes sociales de la Tunisie, jusqu'à poser la question du pouvoir.
      
GUILLAUME BINET :
-
La photo professionnelle est comme un texte.
- Est parti avec France Inter : un journaliste radio a la même distance qu’un journaliste photo.
Au départ, en vivant les événements, on ne sait pas si c’est général ou un épiphénomène.
- Les 1ères manifs montrent des gens qui ne savent pas manifester. Partage joie des gens qui luttent pour la liberté.
- Les photos qu’il a publié dans Newsweek, Nouvel Obs ne montrent pas de symbole, juste des émotions (comme un jeune devant une voiture qui brûle qui est extrêmement heureux).
- Part du Caire jusqu’en Lybie. Frontière : no man’s land gardé par les Egyptiens.
- Va à Benghazi, se fait dépouiller son matériel photo. Une seule route pour aller vers Brega, Ben Jaouad,… Là-bas : « fleur au fusil », tir dans tous les sens et 1ères défaites, 1ers morts. Les acteurs vivent leur héroïsme, leur libération jusqu’à la raclée. Puis Binet est rentré car n’est pas un photographe de guerre, les risques sont énormes.
 
OLIVIER PIOT :
-
La plupart des journalistes français ne pouvaient pas aller au Maghreb (lui-même y était sous l’identité d’un prof).
- S’interroge désormais sur les réseaux islamistes en Tunisie : enjeu important, pourtant personne sur place pour voir… Piot a passé une journée avec des cadres islamistes. Pour l’instant, qu’intuitions seulement.
- Problème du retard de publication des reportages (certains acceptent, mais seulement pour publier 2 semaines après).
- Le grand reportage est né de la nécessité de parler au départ, quand il n’y avait pas la tv, de régions du monde qu’on ne connait pas.
- Les classes moyennes ne descendent dans la rue que le 12/01. Les jeunes facebook que deux jours sur un mois de révolution (jdisçajedisrien). Révolution d’abord sociale, pas d’aspiration au pluralisme, pas la volonté d’une nouvelle constitution des classes moyennes. La justice sociale est le moteur, c’est pourquoi les gestes symboliques n’arrêtent pas la révolution.
- Piot a le sentiment qu’heure après heure, le mouvement est en extension. La classe moyenne n’est au départ pas dans le mouvement car elle vit aussi par le régime de Ben Ali. Les quartiers populaires ont dû montrer qu’ils peuvent prendre des risques et que la classe moyenne peut s’appuyer sur eux.
- Ben Ali, discours : « je vais payer 300000 emplois ». Les gens dans le café le sifflent alors qu’il y a des policiers, il propose ça depuis plusieurs années. Dans les journaux français comme le Figaro, on annonce que c’est « une ouverture de Ben Ali, peut-être la fin du mouvement ». (haha)
- Sfax : 10 étudiants : « nous on participe pas aux manifs, truc de pauvres ». Quelques jours après, sont en tête de manif, preuve de l’ampleur du mouvement.
- Pb des journaux : journalistes connus sont des éditoriaux comme Duhamel, or ils ne sont jamais sur le terrain.
- Jamais Piot ne s’est dit « on va vers une révolution », pourtant, sentait que c’était un moment historique. Avait été 4 fois en Tunisie et ne discutait que dernièrement ouvertement de politique : autre société, historique.
 
GUILLAUME BINET :
-
Les gens ont pris goût à la contestation, le retour au calme n’était plus possible.
- Préfère au mot révolution le terme anglais « uprising »,  « soulèvement », élévation.
 
OLIVIER PIOT :
- Garder le mot « révolution » car la question du pouvoir est posée collectivement, moment historique, différent des grands soulèvements (soulèvements plus forts en 80, mais pas le pouvoir-même mis en cause, renversé). Dans révolution, quelque-chose qui bascule. Ouvre une période avec de nouvelles choses.
- Egypte : armée sensée faire transition mais ne veut pas que les choses aillent trop loin. Apprentissage dans révolution. Capacité par le plus grand nombre de poser les questions étapes après étapes, processus, par couches successives. Moment à venir où le peuple ne supportera plus le frein de l’armée ?
 
GUILLAUME BINET :
- Tunisie et Egypte : peuple muselé, ne parle pas de Moubarak ou Ben Ali. Révolution brèche, ouverture sur le monde.
 
OLIVIER PIOT :
- Dans les transitions démocratiques, on voit le visage de l’humanité. Le reporter indépendant va voir les gens qui n’ont jamais la parole, il sent que la vérité qui manque pour comprendre est là. Il restitue la parole donnée : la parole est donnée trop souvent à ceux considérés comme dirigeants, on n’a affaire qu’à des discours. Il faut aller au plus près de ce que le grand nombre vit.
 
GUILLAUME BINET :
- Les photos aussi sont subjectives. Ce n’est qu’un point de vue (le nom en bas est obligatoire dans la loi française). A utiliser à bon escient.
 
OLIVIER PIOT :
- Le mouvement est spontané, non encadré par des forces -> pas de raisons pour s’en méfier. Si après la chute de Ben Ali va vers la libération, on ne peut pas dire, pas écrit. L’Histoire avance et recul.
Maroc : ce n’est plus une affaire de mouvement spontané, ce sont des enjeux politiques, ce qui n’est pas le cas dans la révolution tunisienne.
 
GUILLAUME BINET :
- La photo a pour 1ère intention de raconter, pas analyser. On est DANS les réactions de la révolution. Sur le moment, seul une description factuelle.
 

* Guillaume Binet : www.myop.fr
Olivier Piot : La révolution tunisienne : dix jours qui ébranlèrent le monde arabe


Voilà voilà, si vous voulez approfondir, hésitez pas à prendre le bouquin d'Olivier Piot, c'est foutrement complet et ça se lit facilement! (par contre, comme le titre l'indique, c'est axé uniquement sur la Tunisie)


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 21:46 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> HKA -> Fiches Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com