Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Khôlle industrie du textile dans la révolution industrielle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> HKA -> Khôlles.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aude


Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 8

MessagePosté le: Mar 10 Mai - 17:00 (2011)    Sujet du message: Khôlle industrie du textile dans la révolution industrielle Répondre en citant

Voilà ma khôlle d'histoire sur l'industrie du textile dans la révolution industrielle, en espérant qu'elle vous sera utile Wink Bonnes révisions et bon courage à vous tous!!




L'industrie du textile dans la révolution industrielle


I)                    Première révolution industrielle, moteur de celle-ci


Remarques générales sur l’industrie du textile en Europe
-omniprésent dans les campagnes, tête des activités manufacturières (complément au travail agricole), auparavant principalement
-vielle (Moyen-âge) mais dynamique (progrès techniques, organisation..) en revanche, croissance freinée par les réglementations en vigueur et le manque de matière première
-industrie cotonnière (coton à Indes) en plein essor (demande forte, mode des indiennes, protection du marché national et hasard : mieux adapté que la laine au filage mécanique)
-tentatives pour améliorer le rendement et remédier au manque chronique de fils qui vont pousser aux innovations techniques
- effet stimulant qui s’exerce au-delà du secteur textile (machinisme débouchés dans la métallurgie…)
-innovations qui interviennent sur des marchés en expansion en réponse à des problèmes de productivité, avec autour d’elles tout un tas de micro-inventions (montré par hausse courbe brevets à partir de 1760)à modernisation ensemble de la branche textile, avec un délai entre l’invention et l’application industrielle, avec effort d’adaptation dans d’autres branches
-régularisation des rythmes de production, qualité homogène et gain de productivité qui conduisent à une baisse des prix des biens intermédiaires (prix du coton filé chute de 70% entre 1786 et 1800)à ventes augmentent
-prédominance production usine, dès 1770-1780, filatures mécaniques aux quelques centaines de travailleurs (concentration technique=logique de productivité)
-Faible coût d’entrée où les premières machines restent très simples favorise démarrage entreprises nouvelles, avec réinvestissement des profits pour une croissance rapide. influence des industriels grandit parallèlement à leur poids économique (ex de Richard Arkwright qui obtient en 1774 levée prohibitions qui freinaient l’industrie cotonnière au profit de la lainière avec pour arguments création d’emplois et revenus (moderne))
 
Débuts et monopole de l’Angleterre
-industrie cotonnière premier foyer de la rév.indus. anglaise, croissance extrêmement rapide (« on ne peut être que sidéré quand on envisage le progrès des manufactures en GB depuis 30 ans. Sa rapidité est proprement incroyable » Patrick Colquhoun 1814)
-très ancienne spécialisation lainière (troupeaux moutons + main d’œuvre formée)
-foyer des inventions techniques (spinning jenny, qui permet d’actionner plusieurs broches à la fois en 1765 par James Hargreaves, water frame, qui utilise la force motrice de l’eau créée en 1769 par Richard Arkwright  et mule jenny, combinant avantages des deux en 1779 par Samuel Cromptonà version améliorée, mule automatique actionnée par la machine à vapeur de Watts au XIXème siècle)
- gain de productivité au niveau du filage entraîne pénurie de tisserands et hausse de leur salaireà on invente le métier à tisser mécanique en 1785 par Edmund Cartwright pour y remédier
-production de cotonnades de 1771-1780 à 1831-1840 fait un peu plus que doubler chaque décennie, multipliée par 70 en 60 ans.
- industrie lainière dépassée (niveau production/ export (66% de l’export textile coton vers 1850)) par l’industrie cotonnière mais arrive malgré des difficultés à s’y adapter
Essor dans le reste de l’Europe
-Développement suivant son exemple mais beaucoup plus tardif faute d’un marché assez large (àbesoin de l’accroissement préalable de la demande), s’étalant sur plus d’un siècle après ses débuts en GB, avec un démarrage d’autant plus précoce que la distance à la nation pionnière est plus faible (propagation depuis les voisins immédiats vers le sud, l’est et le su-ouest)
-Angleterre facteur d’impulsion dans l’industrie moderne (élan tend à déborder frontières nationales et obstacle, dans la mesure où les jeunes producteurs nationaux se retrouvent confrontés à une redoutable concurrence jusqu’à sur leur propre marché interne
-Essor coton en Angleterreàessor de production de coton brut du sud des USA à l’Inde mais aussi de pair avec, comme en Inde, avec une destruction, brutale ou progressive des activités manufacturières traditionnelles donc bloque le processus de démarrage de l’industrialisation (raison pour laquelle Tiers-Monde sous-industrialisé)
-inégalités régionales accentuées au premier stade de l’industrialisation : plus de large diffusion des activités manufacturières à travers l’Europe pré-industrielle mais concentration dans quelques grands foyers d’industrie moderne.
 -En France, foyer de quelques grandes innovations telles que le métier à tisser levant automatiquement les fils de Joseph-Marie Jacquard qui permet de réaliser des motifs plus complexes facilement en 1806
 -Angleterre, consciente de sa supériorité, veut la défendre en prohibant l’export de machines et émigration de techniciens
-missions d’information, importation de machine politiques d’espionnage industriel pour ramener des machines et de la main d’œuvre qualifiée d’Angleterre (mais Angleterre aussi fait pareil avec John Lombe qui ramène d’un voyage à Livourne les plans d’une machine italienne pour sa soierie)
-Avance industrielle Angleterre va se restreindre au profit d’un petit groupe de nations européennes+ Japon
 
II)                  Deuxième Révolution, introduction de la chimie, colorants et imprimés
 Du filage et tissage, l’innovation se répand sur la chimie, coloration/ impression motifs
 
Invention des fibres synthétiques
-Autre bouleversement textile se produit avec la création de fibres par l'homme. à la fin du XIXe siècle, l'Europe (France, particulièrement) nouveau visage. Le développement industriel et le pouvoir naissant de la bourgeoisie ànouveaux marchés : la consommation des textiles s'accroît.
L'explosion démographique et l'amélioration du niveau de vie à progression de la demande textile à un tel rythme que les fibres naturelles ne sont plus en mesure de la satisfaire. D'autant plus que soie connaît depuis 1845 un désastre provoqué par la pébrine, maladie du ver à soie.
-le comte Hilaire de Chardonnet (1839-1924) va consacrer sa vie de scientifique à la mise au point de la soie artificielle. Il présente à l'Académie des sciences un mémoire intitulé Sur une matière textile artificielle ressemblant à la soie (1884), où il expose les principaux éléments d'une méthode qui consiste à obtenir une texture de base, le collodion, à partir de la cellulose de la feuille de mûrier.
-Cellulose trempée dans des acides nitrique et sulfurique se transforme en une sorte de coton-poudre qui, à son tour plongé dans un bain d'alcool et d'éther, devient matière à filer. Pour bien comprendre l'importance de l'invention de Chardonnet, il faut se situer dans le contexte scientifique d'un XIXe siècle qui fait un pas vers l'esprit d'invention : à partir de l'idée fondamentale d'imiter la soie et de se substituer au travail du ver, on découvre l'utilisation d'un dérivé cellulosique (pas seulement reproduire les processus naturels, mais d'élaborer une doctrine et d'ouvrir des espaces d'application dépassant le produit naturel initial.)
Ce processus à toutes les fibres chimiques : résultent de la transformation de polymères naturels complétée d'un procédé « artificiel » assurant la formation d'une masse cohérente filable, permettant une présentation sous forme de filaments propres à des utilisations textiles. En effet, immédiatement après la soie artificielle de 1890 apparaissent la soie au cuivre, la viscose, l'acétate de cellulose. Viendront, par la suite, les matières de synthèse dérivées de la chimie macromoléculaire, dits textiles synthétiques.
Colorants et impressions
-Arrivée du coton et de la couleur avec les indiennes. Toiles venues d’Inde au XVIème siècle à Marseille mais passion pour cela au XVIIIème siècle. Etoffes légères et colorées faciles d’entretien, jardins de nature et de rêve dont les couleurs et la brillance fascinent, contraste avec les tissés somptueux mais moins vifs de couleurs. On essaye de les reproduire en France, mais les soyeux de Lyon et les drapiers du Nord ne sont pas d’accord car concurrence àédit de prohibition proclamé par Colbert le 26 octobre 1686, l’Angleterre et la Suisse récupèrent le marché à l’aide des régions hors juridiction française (Avignon, Aix-en-Provence, Mulhouse..) organisation contrebande
-A la levée de l’interdiction en 1759, Christophe-Philippe Oberkampf crée une manufacture de toiles imprimées à Jouy-en-Josas
-Industrie du coton et de l’impression se poursuit au XIXème siècle particulièrement autour de Mulhouse, capitale de l’imprimé.
-Au cours du XIXe siècle, la chimie des colorants révolutionne l’impression textile tout aussi radicalement que l’avènement de la machine. Produits et processus, mieux compris, s’améliorent et se diversifient. Chimie science et ses applications se multiplient à partir des années 1860. La mise au point des premiers colorants de synthèse donne le départ d’une période de recherches et d’innovations qui se prolonge jusqu’au XXe siècle et consacre le rôle primordial de la chimie dans l’industrie de l’impression.
-En 1856, le chimiste anglais Perkin découvre le premier colorant de synthèse : la mauvéine et en 1902, près de 700 colorants synthétiques sont déjà disponibles.
-machine à cylindre inventée en 1783 pour l’impression des tissus par Thomas Bell
-1834, M. Perrot, ingénieur-mécanicien à Rouen, résolut complètement le problème par la découverte d’une machine capable d’imprimer 4 couleurs à la fois (à l’aide de planches gravées qu’on applique sur le tissu).
 
Conditions de travail du tissu
-Discipline sans failles exigée (ponctualité, rythme de travail) (àclasse ouvrière)
-salaires en baisse
-travail massif et sous-payé des femmes et des enfants (atteints par de graves pathologies du travail) car main d’œuvre souple et bon marché.
-Perdants dans l’histoire (tisserands à bras z.B)
-insécurité (accidents de travail fréquents et non-indemnisés/ risque de chômage)
Allongement démesuré des horaires (journées de 12 heures, pauses réduites au max., quasi-suppression des jours fériés.
-lois sociales pour y remédier au nom de principes humanitaires, comme la loi de 1802 limitant à 12 h une journée de travail d’un enfant, mal appliquées
-répression par l’Etat au nom du libéralisme toute forme de coalition ouvrière (loi de 1799) pour entrave à la concurrence, inscription sur un livre noir des ouvriers récalcitrants.
-Mais même si cela, augmentation générale du pouvoir d’achat et leur permet de dépasser le minimum de subsistance (achètent plus de choses dont tissu pour ameublement, tissu plus un rêve inaccessible de gens aisés…..)
 
 
III)                Crise cotonnière des années 1860 et durant l’Après-guerre
-famine cotonnière, étude d'une crise décisive pour l'avenir du textile français
-aspects et les causes profondes de la dépression, les prix et les profits, les répercussions du cataclysme, qui vinrent favoriser pour un temps les industries concurrentes de l'industrie cotonnière, provoquant un essor remarquable des industries lainière et linière
 -apparition sur le marché, par suite de la carence américaine, de nouveaux fournisseurs, qui conserveront leur place, une fois la guerre de Sécession achevée : l'Egypte, l'Inde, la Plata... --Incidences psychologiques du traité de commerce de 1860 (Le Traité de commerce franco-anglais de 1860, couramment appelé Traité Cobden-Chevalier, est un traité de libre-échange signé le 23 janvier 1860entre la France et l'Angleterre et destiné à abolir les taxes douanières sur les matières premières et la majorité des produits alimentaires entre les deux pays) et des traités ultérieurs, les difficultés alimentaires des années 1861 et 1862 jouèrent un rôle au moins aussi important que la famine cotonnière elle-même
-effets de la guerre de Sécession furent très complexes : pénurie de coton, hausse des prix et les spéculations des détenteurs des stocksà crise majeure
les perturbations dans les courants commerciaux entraînèrent des difficultés monétaires et une hausse de l'escompte, qui ralentirent les affaires.
-crise de 1860-1864 apparaît comme de structure, opérant une sélection parmi les entreprises, au profit des plus fortes parfois, mais surtout des plus prévoyantes, et aussi de celles qui purent profiter d'appuis extérieurs, bancaires.
 A cette sélection qualitative, vint s'ajouter une sélection géographique, l'industrie textile abandonnant les secteurs les moins capitalisés pour se concentrer dans ceux qui, au point de vue financier, pouvaient fournir les ressources nécessaires à leur maintien et à leur essor futur.
-Reprise fut d'ailleurs lente et hésitante : contrairement à l'opinion courante, la fin du Second Empire demeure, pour l'industrie textile française du moins, une période de difficultés, de marasme persistant.
-Nouveautés : baisse des cotons, fermeture du marché américain, difficultés alimentaires à malaise économique, très sensible dans le Nord, appréciable dans l'Est, en Normandie, voire dans le Sud-est.
-Dès lors se succèdent des dépressions fort accentuées, en 1867, en 1868-1870, qui jettent le trouble dans le monde patronal, le mettent en mouvement contre le libéralisme économique, tandis que se déclenchent de fortes agitations ouvrières.)
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 10 Mai - 17:00 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> HKA -> Khôlles. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com