Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Auguste Comte, Catéchisme Positiviste.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> HKA -> Fiches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gabriel


Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2010
Messages: 7

MessagePosté le: Dim 5 Déc - 20:28 (2010)    Sujet du message: Auguste Comte, Catéchisme Positiviste. Répondre en citant

Voilà ma fiche sur le quatrième entretien du Catéchisme Positiviste d'Auguste Comte. 
J'ai mis l'accent sur la clarté parce que le texte est très long, et vraiment complexe. Néanmoins, je ne pense pas avoir omis d'aspect important du texte.


Synthèse sur le Catéchisme Positiviste d'Auguste Comte


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 5 Déc - 20:28 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Laet
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2010
Messages: 26
Numéro de téléphone: 06 35 48 46 92

MessagePosté le: Dim 5 Déc - 22:23 (2010)    Sujet du message: Auguste Comte, Catéchisme Positiviste. Répondre en citant

En effet ta fiche est particulièrement claire, merci beaucoup ! Smile
_________________
"Qui vit sans folie n'est pas si sage qu'on le croit"
La Rochefoucault.


Revenir en haut
MSN
CLARAC


Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 13

MessagePosté le: Lun 6 Déc - 14:54 (2010)    Sujet du message: Auguste Comte, Catéchisme Positiviste. Répondre en citant

Coucou Gabriel, est-ce qu'il serait possible que tu mettes carrément le catéchisme positiviste dans ton message, hum, je veux dire que tu le colles directement ici parce qu'il me manque un logiciel je crois et je n'arrive pas à le lire : merci beaucoup Smile

Revenir en haut
Gabriel


Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2010
Messages: 7

MessagePosté le: Lun 6 Déc - 15:20 (2010)    Sujet du message: Auguste Comte, Catéchisme Positiviste. Répondre en citant

Auguste Comte, Catéchisme Positiviste.
 
Beaucoup croient que l’assujettissement du monde moral et social à des lois invariables (comme la vitalité et la matérialité) sont incompatibles avec la liberté de l’homme. Qu’en est-il ?
Il convient tout d’abord de caractériser ce qu’est la vraie liberté. Elle consiste à suivre sans obstacle les lois propres au cas correspondant : notre intelligence manifeste sa plus grande liberté quand elle devient un « miroir fidèle de l’ordre extérieur. » Ainsi, quand un corps tombe, sa liberté se manifeste en cheminant, selon sa nature, vers le centre de la terre.
L’homme doit donc imiter la nature en instaurant des règles, car si la liberté humaine consistait à ne suivre aucune loi, elle serait encore plus immorale qu’absurde, comme rendant impossible un régime quelconque, individuel ou collectif.
La liberté véritable se trouve donc partout inhérente et subordonné à l’ordre, tant humain qu’extérieur. Cependant, les impulsions physiques ou morales tendent à troubler cet ordre : notre meilleure liberté consiste donc à faire prévaloir autant que possible les bons penchants sur les mauvais.
Le positivisme incorpore cette idée et cherche, à travers son dogme, à consolider et à développer l’activité, l’intelligence et le sentiment. L’extension de ce dogme aboutit à la création d’un monde social.
Il y a deux parties essentielles dans cette science qu’est le positivisme : l’une statique, qui construit la théorie de l’ordre ; l’autre dynamique, qui développe la doctrine du progrès. Les deux sont étroitement liés : le progrès est le développement de l’ordre. Le tout est accompagné de l’idée d’altruisme, se situant dans la branche de la science dite morale.
 
En ce qui concerne l’ordre, pour voir sa constitution, il suffit de s’examiner. En effet, afin de représenter l’existence générale de l’Humanité, elle offre une combinaison de tous nos attributs essentiels : le sexe affectif (altruisme), la classe contemplative (c'est-à-dire le sacerdoce, ou l’idée d’ordre), et la force pratique (progrès).
Il faut par ailleurs concevoir le « Grand-Être », symbole de l’Humanité, comme étant, de même, dirigé par le sentiment (altruisme), éclairé par l’intelligence (ordre) et soutenu par l’activité (progrès).
Ainsi, Comte met en place une morale fondée sur les trois idées d’altruisme, d’ordre et de progrès, visant le bien de l’Humanité.
-          Le progrès concerne le travail. Le travail humain est une réaction utile de l’homme contre sa destinée, un moyen d’affirmer sa liberté. La religion positive peut seule surmonter, à cet égard, l’anarchie moderne de l’époque (anarchie qui apparaît selon Comte après le Moyen-Âge), en faisant partout sentir que chaque service personnel ne comporte jamais d’autre récompense que la satisfaction de l’accomplir et la reconnaissance qu’il procure. Le travail humain ne peut donc être que gratuit puisqu’il ne comporte ni n’exige aucun payement proprement dit. Le progrès est donc un développement des techniques et de l’industrie, basé sur une nouvelle hiérarchie des sciences, celles-ci étant la base de tout pour Comte (mathématiques, physique, chimie, biologie, sciences humaines – dans l’ordre). Ainsi, l’acquisition des sciences permet de déboucher sur la science ultime : la science sociale (nb : Comte est considéré comme l’inventeur de la sociologie). La religion constituerait donc pour l’âme un processus normal et comparable à celui de la santé envers le corps.
-          L’ordre est constitué en trois degrés : la Famille, fondée sur l’amour (avec pour centre, la femme : base de l’altruisme), la Cité, fondée sur l’activité (avec pour centre le patriciat : le prolétariat est la base du progrès) et la Religion, ou l’Eglise, fondée sur la foi et qui elle seule comporte une véritable universalité (avec pour centre le sacerdoce : base de l’ordre). La foi positive doit créer une solidarité permettant de mettre en accord toute l’humanité. La religion doit être inhérente à toute chose et est donc pour Comte plus importante que la Cité. L’homme a besoin de religion car il a besoin d’aimer quelque chose qui le dépasse et qui l’unit avec toute l’humanité : un pouvoir spirituel supérieur. D’où l’absence d’un dieu à proprement parler. Le « Grand-Être » n’étant encore une fois que le symbole de l’Humanité dans son intégralité.
 
-          L’altruisme permet à la méditation masculine de s’unir à la contemplation féminine pour constituer l’état final de la raison humaine. Il s’agit, pour Comte, d’un amour proche du fétichisme entre les deux sexes, se caractérisant par un désintérêt une volonté absolue de vouloir le bien pour l’autre (nb : Comte était fou amoureux d’une femme qui meurt, c'est suite à ce décès, étant amoureux à un point proche de la vénération, qu’il décide de revoir sa science positive pour en faire une religion).


There you go.


Revenir en haut
CLARAC


Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 13

MessagePosté le: Lun 6 Déc - 18:44 (2010)    Sujet du message: Auguste Comte, Catéchisme Positiviste. Répondre en citant

merci beaucoup !Smile

Revenir en haut
Marine Champetier de Ribe


Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2010
Messages: 1

MessagePosté le: Mar 7 Déc - 11:44 (2010)    Sujet du message: Auguste Comte, Catéchisme Positiviste. Répondre en citant

Merci beaucoup Gabriel!!!! ta fiche m'a vraiment bien aidée...

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:59 (2018)    Sujet du message: Auguste Comte, Catéchisme Positiviste.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> HKA -> Fiches Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com